La construction empêtrée dans une spirale négative

  Dans le dossier : Témoignages
  Commentaires : Aucun


Le 28/04/15                La construction empêtrée dans une spirale négative

http://www.batiactu.com/edito/la-construction-de-logements-neufs-empetree-dans-u-41094.php?utm_source=&utm_medium=

 

LA CRISE DU BATIMENT SEVIT ENCORE AUJOURD’HUI

Economiquement, le bâtiment a donc encore chuté plus que prévu, cela vous étonne ?

Le bâtiment aujourd’hui est le seul secteur qui reste enfermé dans un réseau de contraintes administratives stériles et inutiles. Et il est question d’en rajouter encore plus ! RGE travaux, puis RGE Etudes, c’est de l’acharnement, du vice antisocial !

 

Alors que la BCE injecte 60 milliards par mois dans l’économie de l’UE, que le prix de l’énergie est au plus bas, ainsi que le coût de l’argent emprunté, le bâtiment continue de s’enfoncer en France sous le poids excessif de normes absurdes et contreproductives.

http://www.lesechos.fr/22/01/2015/lesechos.fr/0204102887197_la-bce-va-injecter-1-140-milliards-pour-faire-redemarrer-la-zone-euro.htm

 

Pourquoi le gouvernement continue de complexifier et de compartimenter le secteur du bâtiment, alors qu’il libéralise dans le même temps, avec violence, d’autres secteurs, comme les taxis ? Ces politiques contradictoires sont illogiques et déroutantes.

Sans doute est-ce l’influence néfaste des Organisations Professionnelles qui souvent poussent à compliquer les systèmes, pour garder des leviers de contraintes sur leurs « obligés ». La corruption du meilleur engendre toujours le pire :

Ainsi il en est de la formation professionnelle, des pouvoirs discrétionnaires et biaisés de la normalisation et de la représentativité, de la science thermique galvaudée, du développement qui stérilise la diversité, du durable qui n’est que prétexte vide de sens.

 

Le fonctionnement du bâtiment en France est impénétrable et occulte comme le montrent les dossiers de la presse d’investigation, à voir sur le site :

http://www.4c-btp.org/

Cela s’applique à la formation, aux certifications, à l’éco conditionnalité, au RGE,
ce nouveau « miroir aux alouettes » qui fini d’écarteler toute solidarité habituelle et organisation consensuelle. Députés et sénateurs sont des hochets pour calmer le peuple déchu, ils sont au service des ministres de passage et des conseillers ministériels, eux même archets et caisses de résonnance des lobbys qui leur dictent leurs conditions, et maintiennent l’ordre établi. Cette faune ne se distingue pas par sa diversité, mais par sa capacité à s’auto réguler, celui qui s’écarte trop de la norme sera vite éliminé.

 

Quand les salariés français sont sacrifiés sur l’autel des travailleurs détachés, les gouvernants invoquent le sacro-saint libéralisme mondialisé.

Lorsque les entreprises locales sont discriminées sur des motifs futiles et purement administratifs, ces mêmes gouvernants invoquent la défense du consommateur, prétendument incapable de faire un choix d’acheteur intelligent, ce qui est faux pour la grande majorité des usagers du bâtiment.

 

Pour bien gouverner, il faudrait pouvoir départager l’initiative utile de la nuisible.
Nos décideurs ne font pas les études prospectives nécessaires, ni les contrôles intermédiaires, pas plus de bilans comparatifs en fin de cycle. Ils méprisent la culture du résultat qui réussie si bien chez nos voisins. Ou bien ils nous enferment dans un culte du secret qui ne nourrit pas le besoin de démocratie de notre collectivité.

 

Un jour pourtant les choses iront mieux évidemment, car les gens devront bien se loger.
Ce jour là, certain auront le culot de dire que cela va mieux
« grâce aux nouvelles normes récemment mises en place ». Sans complexe !
Ultime mensonge, pour une ultime contrainte, plus c’est gros et mieux cela passe.

Pour en savoir plus, unissons nos vigilances, autour du collectif RGE…pas comme ça !

 

 



Soyez le premier à écrire un commentaire

Votre retour d'information